Les 5 meilleurs placements les plus performants en 2018

placements-performants.jpeg

Selon les chiffres du Cercle de l’épargne, les Français gardaient, lors du relevé d’octobre 2018, 440 milliards d'euros sur leurs comptes courants. C’est autant d’argent qui ne travaille pas. Deux raisons principales à cela : par prévoyance d’abord, les Français souhaitant se prémunir d’éventuels coups durs, par méconnaissance des produits financiers ensuite. Parce qu’il n’est pas toujours facile d’y voir parmi les options qui s’offrent à nous, voici une sélection de 5 placements financiers et leur niveau de performance.

1/ Les actions diversifiées

Performance des actions

Seulement 4 % de l’épargne totale des Français est investie en actions, soit la proportion la plus faible à l’échelle mondiale. Cela peut paraître étonnant sachant que cette classe d’actif s’avère être parmi la plus performante à long terme.

En effet, la performance annuelle moyenne des indices MSCI Emerging Markets (Actions des marchés émergents), S&P 500 (500 grandes sociétés cotées sur les bourses américaines) et STXE 600 (actions européennes) depuis 2007 est de 7%. Si on ne regarde que les 5 dernières années (filtrant de ce fait les performances désastreuses de 2008), le rendement affiché est de 27,17% par an.

Comment souscrire à des actions ?

Il existe trois enveloppes fiscales pour acquérir des actions :

  • le compte titres est adapté pour ceux qui souhaitent jouer en bourse ;
  • le plan d’épargne en actions (PEA) a une fiscalité avantageuse mais il est contraignant : en plus d’exclure les actions non européennes, il est plafonné à 150 000 euros et se clôture automatiquement si les fonds sont retirés avant 8 ans ;
  • l’assurance-vie est l’enveloppe la plus flexible et la plus intéressante fiscalement, que ce soit en ce qui concerne les plus-values ou la succession.

A découvrir : les avantages des Fintech pour gérer votre assurance-vie !

Diversifier son portefeuille d’actions

Il est extrêmement conseillé de diversifier son portefeuille d’actions, notamment dans le choix du secteur d’activité et de la zone géographique des entreprises émettrices. Ce principe permet de limiter les risques liés à la volatilité des actifs et d’éliminer complètement le risque de faillite.

Par ailleurs, sélectionner des ETF (ou trackers) est un bon moyen de diversifier son portefeuille tout en bénéficiant de frais réduits.

2/ Les obligations diversifiées

Performance des obligations

Une obligation est une créance que vous détenez vis à vis d’une entité émettrice (Etat, collectivité locale, entreprise). Sur les 10 dernières années, les obligations ont un rendement annualisé moyen de 10,90%.

Comment souscrire à une obligation ?

L'acquisition d'obligations peut se faire en souscrivant à un nouvel appel public à l'épargne d'une entreprise, ou via le marché secondaire. Les titres achetés sont ensuite placés sur un compte titres ou une assurance-vie.

Toutefois, les obligations émises par les Etats sont traditionnellement réservées aux investisseurs institutionnels. Pour en acquérir, l’investisseur particulier devra investir dans des fonds SICAV ou FCP dédiés.

Obligations et risque

Si les obligations sont réputées moins risquées que les actions, il ne faut pas oublier que le risque de perte du capital est toujours bien présent. En cas de hausse des taux d'intérêt sur les marchés, les nouvelles obligations deviendront plus attractives que les anciennes et vos titres perdront de la valeur à la revente. Vous serez ainsi contraints de les conserver (et d’immobiliser votre argent) jusqu’à leur échéance, survenant généralement au bout de 5 à 10 ans.

3/ L’immobilier

L’immobilier représente les deux tiers du patrimoine des Français. Il existe deux façons d’investir dans l’immobilier. En direct, en achetant un bien de façon classique, ou via “l’immobilier papier”.

L’immobilier en direct

La performance d’un investissement dans la l’immobilier dépend de l’état du marché relatif à la localisation de l’investissement. En guise d’exemple, les prix à Paris ont connu une augmentation de 3,89 % par an en moyenne sur les 10 dernières années. A Marseille sur la même période, l’évolution est négative : -1,12 %.

Pour les autres grandes métropoles françaises, le marché varie entre -1,38% et 1,79% par an.

L’immobilier papier

SCPI

Une société civile de placement immobilier (SCPI) est une structure d’investissement de placement collectif. Investir dans une SCPI est un bon moyen d’investir dans l’immobilier en bénéficiant d’un ticket d’entrée beaucoup plus faible (quelques centaines d’euros) par rapport à un investissement réalisé en direct (quelques dizaines de milliers d’euros).

Sur les 10 dernières années, les SCPI ont rapporté entre 5 et 6% par an.

Source Institut de l'Epargne Immobilière et Foncière (IEIF)

Les SIIC

Une Société d'Investissement Immobilier Cotée (SIIC) est une société foncière qui achète, gère et loue un patrimoine immobilier locatif pour le compte de ses investisseurs porteurs de parts. Elle redistribue à ses actionnaires au moins 85 % des loyers perçus et 50 % des plus values réalisées. Les SIIC étant des entreprises cotées, la volatilité est de fait plus grande que pour les SCPI.

Sur les 10 dernières années, la performance des SIIC a été de 7,3% par an.

Source Institut de l'Epargne Immobilière et Foncière (IEIF)

4/ Le fonds en euros des contrats d’assurance-vie

Les fonds en euros des contrats d’assurance-vie sont des fonds à capital garanti. Cela signifie que l’argent investi ne peut pas être perdu. Un faible taux rémunérateur constitue le revers de la médaille : depuis 10 ans, le taux d’intérêt des fonds euros n’a cessé de diminuer. En 2017, il était entre 1,5% et 2,5%.

Ces fonds sont toutefois très utiles lorsque vous souhaitez investir sans prendre de risque. Plus intéressants que le livret A, potentiellement exonérés de charge, les fonds en euros sont des placements populaires auprès des Français.

5/ Investissement dans des PME

L’investissement dans les sociétés non cotées est susceptible de réaliser des performances élevées. Toutefois, il convient avant de se lancer d’être bien accompagné par un conseiller en gestion de patrimoine.

En effet, ce type d’investissement présente au moins deux risques importants :

  • une perte totale de capital, si la société non cotée venait à faire faillite ;
  • une perte partielle de capital dûe au manque de liquidité inhérent à ce type de marché.

Apparu il y une dizaine d’années, le crowdfunding permet à l’investisseur de gagner en visibilité sur la nature et le potentiel des sociétés non cotées sur lesquelles il envisage d’investir. S’ils sont de bonnes alternatives à la problématique d’accessibilité au capital des entreprises non cotées (achat de parts au moment de levée de fonds, ou auprès d’anciens actionnaires), ces placements n’en restent pas moins très risqués.

Lire aussi : A votre avis les placements les plus performants sont-ils aussi les placements les plus utilisés par les Français ?

Les meilleurs placements

Comparez tout les placements et trouvez celui qui vous correspond avec notre chat bot.
Classement-assurance-vie

Partagez

Go-Nalo

Un expert financier vous recontacte

Vous êtes à la recherche d'un placement performant ? Vous avez des questions sur un produit d'épargne ? Un conseiller financier vous recontacte gratuitement pour vous aider à optimiser votre patrimoine.